btob
L’e-commerce au service du BtoB
22 mai 2017
Guide pratique Guest Blogging par Ecom33
Optimiser son guest blogging
31 mai 2017

Que peuvent attendre les e-commerçants de l’équipe Macron ?

Emmanuel Macron et François Hollande sur le parvis de l'Elysée

Temps de lecture approximatif : cinq minutes.

Les français ont voté et le résultat est tombé le 07 Mai dernier : Emmanuel Macron est le nouveau président français. « Chouchou » du milieu du digital et des start-ups françaises, il est aussi pour beaucoup d’e-commerçants le meilleur candidat pour ce secteur d’activité. Pourtant, il n’y a pas aujourd’hui de programme précis sur le e-commerce. Il est donc intéressant de se remémorer la loi Macron et les points de son programme qui pourront toucher ce secteur d’activité.

 

2015, la loi Macron

Malgré ce que disent les médias, on ne repart pas avec un homme politique neuf. Malgré son bref passage en tant que ministre de l’économie, Emmanuel Macron s’était empressé de laisser sa marque en 2015 avec des mesures parfois dans l’intérêt du consommateur ou dans celui du e-commerçant.

 

Pour rappel, l’une des premières mesures fut de changer le délai de rétractation des consommateurs, avec comme point de départ la livraison du produit. Une décision semblant logique, mais ayant fait grincer quelques dents dans diverses associations de consommateurs.

La deuxième mesure, beaucoup plus controversée, avait mis la FEVAD en colère. En effet, d’une loi anti-Google et de régulation des moteurs de recherche, nous étions passés à un encadrement de l’e-commerce français …

Ce texte comptait imposer à tous les intermédiaires qui mettent en relation des personnes à : « délivrer une information loyale, claire et transparente ». La FEVAD dénonçait : « Aucune audition n’a été organisée sur le sujet, si bien que le texte a été élaboré en dehors même de toute consultation des entreprises concernées ou de leurs représentants, ni avis de la part du Conseil National du Numérique ». De plus, « ces dispositions contreviennent également au secret des affaires en imposant à certains acteurs de devoir dévoiler leurs algorithmes et ainsi fragiliser leur propriété intellectuelle et brevets déposés ».

Une vaste blague orchestrée, il faut le dire, contre Macron lui-même. A l’époque, son idée était de placer ce texte anti-Google dans la grande loi du numérique. Cependant – et contre l’avis du ministère de l’économie -, les députés qui avaient voté contre la loi anti-Google ont par la suite validé ce fumeux fameux texte sur le e-commerce français.

macron-digital-commerce

 

2016, une confirmation

Malgré cette déconvenue, notre président fraîchement élu ne semble pas avoir été retenu comme coupable pour cette affaire. Pour preuve, alors qu’Emmanuel Macron avait quitté le gouvernement et rentrait en campagne de manière officieuse, il était plébiscité par 83% de e-commerçants comme l’homme le plus proche des questions digitales selon un sondage LSA/FEVAD. D’ailleurs, il soignait déjà son électorat en posant avec Jacques-Antoine Granjon, le PDG de Vente-privee.com avant de filer vers le CES de Las Vegas.

En plus de cela, il est intéressant de voir que 69% des répondants pensaient que la réforme macroniste sur le travail aurait pu avoir un effet bénéfique. En plus de cela, les sondés étaient également intéressés par la réforme des 35h, la création d’un guichet unique pour TVA en Europe et l’harmonisation européenne des règles de protection des données.

 

2017, les entreprises au cœur du projet

Lors d’une interview réalisée par LSA, Bruno Bonnell le porte-parole d’Emmanuel Macron sur les questions d’entreprise et d’industrie, ainsi que fondateur de Robopolis, rappelle les objectifs concernant les entreprises :

  • impôt sur les sociétés qu’il ramènerait de 33% à 25% ;
  • réforme de l’ISF ;
  • baisse des charges, de 6% sur tous les salaires et jusqu’à dix points sur le Smic ainsi que la suppression des charges patronales sur le salaire minimum ;
  • étendre les allocations chômage aux professions libérales ;
  • et même redonner du pouvoir d’achat aux particuliers avec la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages.

A cela s’ajoute également une autre proposition plutôt discrète mais intéressante pour les entreprises : le droit à l’erreur. Et oui, désormais, face au système administratif et fiscal, un entrepreneur pourra se tromper ue première fois et l’administration se devra de lui expliquer avant de sévir si cela se reproduit.

Pour finir son interview, Bruno Bonnell pose une conclusion sans détours : « Il y a eu beaucoup de cristallisations autour des start-ups et nous avons déjà beaucoup fait. Il ne faut pas toujours mettre les efforts du même côté et nous n’avons pas l’intention d’amplifier ceux pour les start-up. »

 

Mounir Mahjoubi, un technicien comme secrétaire d’état

mounir-mahjoubi-cnnumIl était pressenti et le « miracle » s’est produit. La France a un secrétaire d’état chargé du numérique venant du numérique. Ancien président du Conseil national du numérique (CNNum) et directeur de la campagne digitale de Macron, et bien avant, de celle de Ségolène Royal et de François Hollande ; Mounir Majhoubi est un profil aux multiples facettes.

Avec une maîtrise de droit, un master d’économie et de finance de Sciences-Po Paris, plus une année à Columbia et un détour par Cambridge, Mounir Mahjoubi est tout de même un spécialiste du web. En effet, autodidacte depuis ses jeunes années, il déclare dans une interview donné à Rue89 : « J’ai acheté mon premier ordi avec les 5 000 francs gagnés au concours des jeunes inventeurs de Science et Vie Junior en 1996 ! Je passais mon temps au Palais de la découverte où Internet était gratuit. J’ai appris tout seul, je programmais, je développais. Et j’ai travaillé neuf ans au centre d’appel de Club Internet : j’ai réparé la connexion de milliers de Français ».

Mounir Majhoubi est également un entrepreneur, il a fondé :

  • l’agence digitale Mounir & Simon, qu’il a dirigée de 2009 à 2012 ;
  • le réseau d’achat en direct aux producteurs locaux La Ruche Qui Dit Oui (2010) ;
  • le Bridge, une initiative de mise en relation des entrepreneurs et investisseurs européens (2011-2012) ;
  • le studio d’innovation French Bureau, en août dernier.

Il était encore il y a peu directeur général adjoint de BETC Digital et président du CNNum.

 

Un programme optimiste

Emmanuel Macron semble donc mettre en place un programme orienté vers le digital et les entreprises. Il a su s’entourer de techniciens dans son gouvernement afin d’être performant et il ne fait nul doute que ses promesses, si elles sont tenues par l’ensemble de notre gouvernement, seront dans l’intérêt du e-commerce et du digital en général. Ses autres objectifs sont d’ailleurs clairs:

  • très haut débit fixe et mobile horizon 2022 ;
  • données stockées par les géants de la Silicon Valley utilisées de manière transparente ;
  • renégociations du Privacy Shield américain ;
  • interdiction totale du smartphone dans les écoles et collèges (petit bémol pour les secteur du digital) ;
  • administration publique avec évolution vers le « tout dématérialisé » en 2022 ;
  • formations pour le grand chantier du numérique dans les entreprises ;
  • transparence des données ;
  • réglementation et la concurrence placés sous la houlette d’une nouvelle entité européenne ;
  • concurrence des géants du net réduite grâce à un plan visant à réduire les montages fiscaux.

Nous nous devons donc de suivre avec attention l’évolution de ce nouveau gouvernement avec tout de même un premier point à faire avec des législatives mettant du monde sur la sellette.

 

Les sources :

Loi Macron: le e-consommateur français est désormais condamné à attendre la livraison du bien pour se rétracter – Droitdu.net

Loi Macron : l’amendement anti-Google gommé, l’amendement sur le e-commerce français adopté – Next Impact

Loi Macron : plateformes de e-commerce et plateformes collaboratives – CCI Strasbourg

Emmanuel Macron, le chouchou des e-marchands – LSA

Bruno Bonnell: « Emmanuel Macron veut simplifier la vie des entreprises » – LSA

Mounir Mahjoubi, futur ministre du numérique d’Emmanuel Macron ? – La Tribune

Qui est Mounir Mahjoubi, le nouveau secrétaire d’Etat au numérique ? – Nouvel Obs, Rue 89

Mounir Mahjoubi, le « social-entrepreneur » pro-Macron qui veut faire tomber Cambadélis – Challenge

Les 3 vies de Mounir Mahmoud – Ecommercemag

Emmanuel Macron : son programme pour le numérique – Clubic

Partagez sur les réseaux sociaux
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>